Jeudi 5 avril 2012 – John Coleman (British National Corpus, Oxford University) « Mining a Year of Speech »

Le projet « Mining a year of Speech » (exploiter un an de discours), porté par une équipe du British National Corpus, a permis de créer une technologie de pointe appliquée à l’analyse du langage parlé. Le matériel traité recouvre un corpus audio d’un an de discours en langues anglaises (Royaume-Uni et Etats-Unis), dont le contenu est particulièrement varié : des conversations quotidiennes, des allocutions politiques, des fragments d’histoire orale, etc. L’immense base de données possède un système de reconnaissance vocale autorisant un alignement parfait entre l’enregistrement sonore et sa transcription phonétique. Cette technologie permet de naviguer dans des corpus audio d’une grande ampleur et de retrouver des segments ciblés de discours extraits de divers contextes. Elle ouvre ainsi de nouvelles perspectives de consultation au public et aux chercheurs désireux d’explorer, sous l’angle de leurs disciplines et centres d’intérêts, les multiples dimensions du langage parlé.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de John Coleman “Mining a year of speech”

Jeudi 8 mars 2012 – Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence) « De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ? »

Le numérique et l’internet ont bouleversé en profondeur les questions de l’accès et du traitement des données mais, plus encore, entraînent de nouveaux usages et comportements face à la recherche d’information et à son utilisation. Les chercheurs sont attentifs à la façon dont ils vont pouvoir accéder aux grands réservoirs de données, et à leurs propres recherches, tandis que la demande sociale et culturelle pour y accéder va sans cesse en s’amplifiant. Dès lors, ce type d’archive jusqu’ici resté confidentiel, s’est trouvé projeté sous les feux de la rampe du web de données. Les gestionnaires de fonds d’archives sonores ont dû en conséquence modifier leurs pratiques et développer des méthodologies d’accompagnement de dépôt des enquêtes enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Comment, et dans quel contexte, les centres de recherches sont-ils aujourd’hui amenés à donner accès à cette mémoire orale enregistrée ? Quel intérêt ont aujourd’hui les chercheurs en SHS à permettre l’écoute de leurs sources ? Quel encadrement juridique et éthique peut accompagner cette mise à disposition ?

L’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme peut apporter des réponses à ces questions qui ouvrent un débat large et collectif auquel cette intervention voudrait prendre part.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de Véronique Ginouvès « De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ? »

Jeudi 12 janvier 2012 – Joséphine Simonnot (CREM) « Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche »

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM) développe depuis 2007 un outil innovant qui répond aux besoins spécifiques des chercheurs en matière d’accès, de gestion, de diffusion et de conservation des archives sonores. Telemeta est une application Web multimédia qui permet, entre autres, d’associer simultanément des méta-données aux sons et d’être interopérable avec d’autres systèmes. Elle met à disposition des chercheurs une palette d’outils qui facilitent la navigation dans des fichiers audiovisuels, la recherche textuelle et multi-critères, l’export et le partage en ligne des données, l’analyse acoustique, la géolocalisation et l’annotation de sources sonores. Elle constitue à ce titre un véritable instrument de travail collaboratif en vue d’optimiser la consultation, le traitement et l’enrichissement de la documentation sonore.

Accéder au compte-rendu de la séance de Joséphine Simonnot : « Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche »

Pascal Cordereix (BnF) :  » Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Séance du Jeudi 8 décembre

Pascal Cordereix est conservateur des bibliothèques, responsable du service des documents sonores au Département de l’Audiovisuel de la BnF

catalogue
Adam Mayer CC BY-SA

Support de présentation de Pascal Cordereix : PDF

 

Entretien avec Pascal Cordereix par Olivier Baude : partie 1, partie 2, partie 3

 

Compte-rendu par Abigaël PESSES :

Pascal Cordereix, responsable du service des archives sonores de la BnF, spécialiste des archives de la parole, nous a présenté l’objet numérique sonore sous l’angle de l’évolution des méthodes de catalogage. Cette problématique, propre à l’univers des bibliothèques, touche à la question de savoir comment décrire des ressources documentaires dont dépend l’accès aux données. A l’heure où l’institution « bibliothèque » expérimente un décloisonnement1 sans précédent dû à son immersion dans l’écosystème du web, la question du catalogage recouvre des choix et des enjeux particulièrement importants. Il s’agit de comprendre les nouvelles pratiques des usagers, de les replacer au centre de la problématique du catalogage et de préparer l’avènement du web des données.

Reprenons le fil de l’argumentation. L’histoire des méthodes de catalogage est en quelque sorte le reflet d’une quête de définition d’un langage commun autorisant l’échange universel des savoirs. A partir de la description d’un phonogramme sur une notice papier (Ferdinand Brunot, 1912), s’est progressivement dessinée l’utopie d’une formalisation du savoir global sous forme de fiche (Paul Otlet, 1920) dont le premier code fut la ponctuation.

Celle-ci jouera un rôle décisif sur les méthodes de structuration et d’affichage des documents qui aboutiront, avec la création de l’ISBD en 1971, à la définition de pratiques normalisées de catalogage à l’échelle internationale. Le format MARC, défini par la Bibliothèque du Congrès, en constitue la version codée et inaugure l’informatisation des catalogues.

Plus de quarante ans après leur introduction, et même s’ils restent encore aujourd’hui le modèle de structuration dominant en bibliothèque (ex. UNIMARC ou MARC 21 au plan national et international ; INTERMARC pour la BnF), ces formats s’avèrent aujourd’hui trop rigides pour permettre la description de ressources électroniques de plus en plus hétérogènes. D’où la multiplication des schémas XML (Dublin Core, Mods, EAD, METS, etc.) qui s’imposent peu à peu comme les standards d’échange et d’interopérabilité entre les producteurs de données à l’intérieur d’un environnement web. Ainsi à la BnF, coexistent un catalogue en INTERMARC (le « catalogue général ») et un catalogue en EAD (« BnF Archives et Manuscrits »). L’EAD, qui permet un degré supérieur d’arborescence, a été privilégié pour traduire la profondeur de structuration des fonds d’archives sonores.

Enfin, des projets plus récents rompent avec ces logiques d’arborescence au profit des modèles de graphes relationnels -FRBR et RDA – qui relieront les données du web 3.0. Dans ce paysage, en effet, seuls ces derniers, respectivement réservés à la modélisation et l’encodage des catalogues, préfigurent la rupture vers le web sémantique.

Aux précédents modèles de structuration des données basés sur une superposition de niveaux d’information englobés dans une notice, se substitue un modèle « entités-relations » où les informations sont représentées par des entités reliées entre elles : la notion de « relation » jouant un rôle central.

L’objectif ici recherché est l’éclatement de la notice bibliographique. Par l’individualisation de chaque niveau d’information contenue dans la notice (ou la page web), il sera possible de représenter l’information comme un réseau de données indexables, exploitables par les moteurs de recherche.

 

Continuer la lecture de Pascal Cordereix (BnF) :  » Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Références

  1. Latour, Bruno, « Plus elles se répandent, plus les bibliothèques deviennent centrales », BBF, 2011, n° 1, p. 34-36, Consulté le 07 mars 2012 []

Jeudi 8 décembre 2011 – Pascal Cordereix (BnF) « Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

En matière de catalogage, le monde des bibliothèques et des archives vit une mutation comme il n’en a jamais connu auparavant. MARC, FRBR, RDA, EAD…, autant d’acronymes déjà anciens pour certains ou apparus plus récemment pour d’autres qui témoignent de ce moment clé du traitement documentaire. Interopérabilité, exposition des données sur le web sémantique et le web de données, etc…, les enjeux sont considérables. Pour autant, il apparaît difficile aujourd’hui de déterminer vers quoi s’orientent réellement les pratiques de catalogage. La question de l’adoption – ou pas – de RDA (Resource Description and Access) en France, est la représentative de ces interrogations. L’exposé veut donner une vue synthétique (et forcément rapide) des pratiques actuelles de catalogage et de leurs évolutions possibles.

Accéder au compte-rendu de la séance de Pascal Cordereix : « Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Jeudi 10 novembre 2011 – Michel Jacobson (Archives de France) « L’archivage des données numériques : retours d’expérience sur des données orales »

La préservation d’informations numériques sur le long terme demande des précautions particulières. La mise en place d’une organisation ayant cet objectif amène à réfléchir sur l’information à conserver ainsi que sur l’information de manière générale. Sur la base de ce qui a été fait dans le cadre d’une première expérience sur des données orales, nous essayerons de mesurer ce qu’il reste à faire et donnerons quelques pistes à explorer.

Accéder au compte-rendu de la séance de Michel Jacobson : « L’archivage des données numériques : retours d’expérience sur des données orales »