Pascal Cordereix (BnF) :  » Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Séance du Jeudi 8 décembre

Pascal Cordereix est conservateur des bibliothèques, responsable du service des documents sonores au Département de l’Audiovisuel de la BnF

catalogue
Adam Mayer CC BY-SA

Support de présentation de Pascal Cordereix : PDF

 

Entretien avec Pascal Cordereix par Olivier Baude : partie 1, partie 2, partie 3

 

Compte-rendu par Abigaël PESSES :

Pascal Cordereix, responsable du service des archives sonores de la BnF, spécialiste des archives de la parole, nous a présenté l’objet numérique sonore sous l’angle de l’évolution des méthodes de catalogage. Cette problématique, propre à l’univers des bibliothèques, touche à la question de savoir comment décrire des ressources documentaires dont dépend l’accès aux données. A l’heure où l’institution « bibliothèque » expérimente un décloisonnement1 sans précédent dû à son immersion dans l’écosystème du web, la question du catalogage recouvre des choix et des enjeux particulièrement importants. Il s’agit de comprendre les nouvelles pratiques des usagers, de les replacer au centre de la problématique du catalogage et de préparer l’avènement du web des données.

Reprenons le fil de l’argumentation. L’histoire des méthodes de catalogage est en quelque sorte le reflet d’une quête de définition d’un langage commun autorisant l’échange universel des savoirs. A partir de la description d’un phonogramme sur une notice papier (Ferdinand Brunot, 1912), s’est progressivement dessinée l’utopie d’une formalisation du savoir global sous forme de fiche (Paul Otlet, 1920) dont le premier code fut la ponctuation.

Celle-ci jouera un rôle décisif sur les méthodes de structuration et d’affichage des documents qui aboutiront, avec la création de l’ISBD en 1971, à la définition de pratiques normalisées de catalogage à l’échelle internationale. Le format MARC, défini par la Bibliothèque du Congrès, en constitue la version codée et inaugure l’informatisation des catalogues.

Plus de quarante ans après leur introduction, et même s’ils restent encore aujourd’hui le modèle de structuration dominant en bibliothèque (ex. UNIMARC ou MARC 21 au plan national et international ; INTERMARC pour la BnF), ces formats s’avèrent aujourd’hui trop rigides pour permettre la description de ressources électroniques de plus en plus hétérogènes. D’où la multiplication des schémas XML (Dublin Core, Mods, EAD, METS, etc.) qui s’imposent peu à peu comme les standards d’échange et d’interopérabilité entre les producteurs de données à l’intérieur d’un environnement web. Ainsi à la BnF, coexistent un catalogue en INTERMARC (le « catalogue général ») et un catalogue en EAD (« BnF Archives et Manuscrits »). L’EAD, qui permet un degré supérieur d’arborescence, a été privilégié pour traduire la profondeur de structuration des fonds d’archives sonores.

Enfin, des projets plus récents rompent avec ces logiques d’arborescence au profit des modèles de graphes relationnels -FRBR et RDA – qui relieront les données du web 3.0. Dans ce paysage, en effet, seuls ces derniers, respectivement réservés à la modélisation et l’encodage des catalogues, préfigurent la rupture vers le web sémantique.

Aux précédents modèles de structuration des données basés sur une superposition de niveaux d’information englobés dans une notice, se substitue un modèle « entités-relations » où les informations sont représentées par des entités reliées entre elles : la notion de « relation » jouant un rôle central.

L’objectif ici recherché est l’éclatement de la notice bibliographique. Par l’individualisation de chaque niveau d’information contenue dans la notice (ou la page web), il sera possible de représenter l’information comme un réseau de données indexables, exploitables par les moteurs de recherche.

 

Continuer la lecture de Pascal Cordereix (BnF) :  » Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Références

  1. Latour, Bruno, « Plus elles se répandent, plus les bibliothèques deviennent centrales », BBF, 2011, n° 1, p. 34-36, Consulté le 07 mars 2012 []