Michel Jacobson : « L’archivage des données numériques : retours d’expérience sur des données orales »

Séance du Jeudi 10 novembre 2011

Michel Jacobson est chef de projet sur l’archivage électronique au Service Interministériel des Archives de France (SIAF)

Support de présentation de Michel Jacobson : PDF

Entretien avec Michel Jacobson par Gabriel Bergounioux : partie 1, partie 2, partie 3

Compte-rendu par Abigaël Pesses :

Le 10 novembre dernier, les équipes du TGE Adonis et du LLL (laboratoire Ligérien de Linguistique) de l’université d’Orléans ont eu le plaisir de recevoir Michel Jacobson à Orléans pour inaugurer la première séance du séminaire portant sur l’objet numérique sonore.  Michel Jacobson a ainsi pu nous faire partager le fruit de son expérience et de son parcours à travers cet objet qui, depuis le LACITO, un laboratoire de recherche du CNRS spécialisé sur l’étude des langues à tradition orale, au Centre de Ressources pour la Description de l’Oral (CRDO), l’ont conduit à devenir chef de projet au Service Interministériel des Archives de France (SIAF). Ce service rattaché au Ministère de la Culture a pour mission de définir la politique en matière d’archivage et de piloter le réseau des archives (communales, départementales, régionales,  nationales).

Michel Jacobson, partant des caractéristiques physiques du son et de leur transposition en unités informatiques binaires (bit : 0 et 1), a soulevé les différents enjeux relatifs à l’archivage de l’information numérique. Le passage de l’analogique au numérique présente en effet de nombreux avantages : copie à l’identique et à l’infini, facilité de stockage, de transmission et de traitement de l’information numérique. L’information n’en reste pas moins opaque, car codée, et suppose un dispositif particulier pour être lue, représentée, déchiffrée. Ce dispositif est composé d’une superposition complexe de strates qui interagissent entre elles : une couche matérielle – les supports (disques durs, DVD, mémoire flash),  elle -même  interprétée par une couche logicielle (système d’exploitation, pilotes, navigateurs, applications) et auxquelles se surajoute une couche de formats.

Ces formats  servent  à représenter des données numériques – sons, images ou textes – sous la forme d’un code compréhensible par des machines. L’information numérique codée dépend ainsi d’un empilement de technologies dont les évolutions constantes et rapidement obsolètes sont largement tributaires du marché. D’où la nécessité de mettre en place des procédures pour assurer la migration physique des documents afin de pouvoir les déchiffrer avec les technologies de son temps.

La nouveauté de l’archivage, souligne Michel Jacobson, c’est de conserver ces métadonnées de représentation, à savoir les formats, mais également leurs supports de lecture et la documentation qui spécifient les différentes méthodes d’encodage du contenu. Dans ce nouveau paradigme, il faut cependant ne pas perdre de vue que ce que l’on cherche à conserver, ce n’est pas tant la donnée numérique dans son format ou son support originel que son contenu informationnel. Et pour demeurer intelligible, une information numérique doit pouvoir être décodée.

Michel Jacobson est l’un des contributeurs au  guide des bonnes pratiques numériques disponible sur le site du TGE et dont l’objectif est d’aider les producteurs de données numériques à faire les bons choix dans l’usage des logiciels, des formats et des modes d’encodage des données.

Crédits : images tirées du support de présentation de Michel Jacobson

Approfondir :

Exemples de gestion de corpus oraux dans le réseau des Archives départementales :

Banque de l’Information Radiophonique des Deux Sèvres

Sauvegarde de la parole sarthoise

Collecte des témoignages oraux sur la Seconde Guerre Mondiale (Val de Marne)