Joséphine Simonnot : « Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche. »

Séance du Jeudi 12 janvier 2012

Joséphine Simonnot est ingénieur de recherche au Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM) du LESC (UMR7186)

Support de présentation de Joséphine Simonnot : PDF

Podcast :

Entretien avec Joséphine Simonnot par Gabriel Bergounioux : partie 1, partie 2, partie 3

Compte-rendu par Abigaël Pesses :

Joséphine Simonnot,  ingénieur de recherche au Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM), nous a présenté les fonctionnalités de la plateforme TELEMETA et le patient parcours de travail préalable à sa mise en production. Cette aventure, tant humaine que technique, remonte 12 ans en arrière lorsque Joséphine Simonnot se voit confier la responsabilité de valoriser un véritable trésor : le fonds d’archives sonores du Musée de l’Homme qui regroupe plus de 5000 collections de musique du monde et de documents sonores, notamment collectés au cours des premières grandes missions scientifiques telles que Dakar-Djibouti (1932) ou Ogooué-Congo (1946). Mais voilà, ce trésor repose sur des supports d’enregistrement variés, en majorité constitué de bandes magnétiques menacées par la décomposition chimique et l’oubli.

Comment donc assurer la conservation de ce patrimoine culturel immatériel ? Comment le rendre accessible à la communauté scientifique, ainsi qu’aux populations d’origine qui le réclament ?

De là, débute un vaste chantier de numérisation qui se couple rapidement avec la nécessité de créer un outil informatique, basé sur des technologies libres, capable de faciliter le méticuleux travail d’indexation des fichiers sonores entrepris en collaboration avec les chercheurs et les populations locales. Pour concevoir ce projet, Joséphine Simonnot va solliciter les compétences de différents experts : Guillaume Pellerin, un développeur orienté recherche, formé au Laboratoire d’Acoustique Musicale (LAM-CNRS/UPMC), Pascal Cordereix (BnF) et Véronique Ginouvès (phonothèque d’Aix-en-Provence), spécialistes des bonnes pratiques de catalogage et d’archivage de documents numériques sonores. Jean-Marc Fontaine et Hugues Genevois, du LAM, ont également joué un rôle important pour les choix techniques et ergonomiques. Cette synergie d’acteurs va aboutir à la réalisation d’une plateforme collaborative de travail, Telemeta, qui utilise des technologies tant ouvertes qu’innovantes pour permettre la description, la consultation et la diffusion en ligne de contenus sonores. Cela dans le respect des normes d’interopérabilité des données et en prévision de leur archivage pérenne.

Le projet porte aujourd’hui ses fruits. Rapidement après sa mise en ligne en juin 2011, les ethnomusicologues du CREM s’approprient aisément cette technologie qui transforme leurs pratiques de travail (actuellement 7130 enregistrements en ligne et 3000 fiches supplémentaires en 6 mois). En effet, il y a encore peu de temps, ces derniers ne pouvaient s’aider que de leurs oreilles et d’un chronomètre pour se repérer dans un enregistrement sonore.

Désormais, Telemeta leur propose un espace de travail dans lequel ils peuvent parcourir et visualiser le son en trois dimensions – temps, fréquence, intensité – avec la possibilité d’introduire des marqueurs temporels pour annoter un continuum sonore. L’application leur permet par ailleurs de compléter eux-mêmes les fiches documentaires, d’y joindre une image et de faire une recherche textuelle ou par zone géographique.

Cette palette d’outils contribue par là-même à affiner l’analyse de ces matériaux et à les enrichir de métadonnées sans lesquelles ces archives demeureraient inexploitables. Les chercheurs peuvent ainsi écouter et faire entendre à tout moment et presque en tout lieu leurs enregistrements. Cet accès facilité au fonds participe à son actuelle renaissance et rajoute du sens à leur ouvrage, tout en améliorant la visibilité de leurs travaux. Selon les mots de Dana Rappoport, ethnomusicologue au CNRS : « c’est une véritable révolution ». Ne serait-ce que par le retour, enfin possible, de ces enregistrements aux populations d’origine, légitimement concernées, ou la transmission qui s’opère entre les générations de chercheurs. En effet, grâce à cet outil et à internet, ces données sonores sont « libérées » de la contrainte des anciens supports analogiques, soumis à l’obsolescence des machines et à une inévitable détérioration.

A la demande du TGE ADONIS, qui soutient le développement de cette application depuis 2010, Joséphine Simonnot travaille actuellement à la production d’une version plus générique de Telemeta. Elle s’inscrit pour cela au sein d’un réseau de laboratoires et d’institutions partenaires en vue d’adapter ce système de dépôt d’archives à d’autres types de corpus ou à d’autres usages disciplinaires : gestion des formats vidéo, des métadonnées métiers et des modes de synchronisation son-texte-image. Cette séance de séminaire a notamment été l’occasion de dialoguer avec des linguistes pour identifier leurs pratiques et besoins spécifiques en la matière.

Crédits : images tirées du support de présentation de Joséphine Simonnot.

Approfondir :

Naviguer dans les collections des archives sonores de CREM:
http://archives.crem-cnrs.fr/

Tester la plateforme TELEMETA en tant qu’administrateur:
http://demo.telemeta.org/
login : demo
mot de passe : demo

Télécharger le CMS audio et obtenir les détails techniques relatifs à son utilisation, sur le wiki du projet : http://telemeta.org

Pascal Cordereix (BnF) :  » Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Séance du Jeudi 8 décembre

Pascal Cordereix est conservateur des bibliothèques, responsable du service des documents sonores au Département de l’Audiovisuel de la BnF

catalogue
Adam Mayer CC BY-SA

Support de présentation de Pascal Cordereix : PDF

 

Entretien avec Pascal Cordereix par Olivier Baude : partie 1, partie 2, partie 3

 

Compte-rendu par Abigaël PESSES :

Pascal Cordereix, responsable du service des archives sonores de la BnF, spécialiste des archives de la parole, nous a présenté l’objet numérique sonore sous l’angle de l’évolution des méthodes de catalogage. Cette problématique, propre à l’univers des bibliothèques, touche à la question de savoir comment décrire des ressources documentaires dont dépend l’accès aux données. A l’heure où l’institution « bibliothèque » expérimente un décloisonnement1 sans précédent dû à son immersion dans l’écosystème du web, la question du catalogage recouvre des choix et des enjeux particulièrement importants. Il s’agit de comprendre les nouvelles pratiques des usagers, de les replacer au centre de la problématique du catalogage et de préparer l’avènement du web des données.

Reprenons le fil de l’argumentation. L’histoire des méthodes de catalogage est en quelque sorte le reflet d’une quête de définition d’un langage commun autorisant l’échange universel des savoirs. A partir de la description d’un phonogramme sur une notice papier (Ferdinand Brunot, 1912), s’est progressivement dessinée l’utopie d’une formalisation du savoir global sous forme de fiche (Paul Otlet, 1920) dont le premier code fut la ponctuation.

Celle-ci jouera un rôle décisif sur les méthodes de structuration et d’affichage des documents qui aboutiront, avec la création de l’ISBD en 1971, à la définition de pratiques normalisées de catalogage à l’échelle internationale. Le format MARC, défini par la Bibliothèque du Congrès, en constitue la version codée et inaugure l’informatisation des catalogues.

Plus de quarante ans après leur introduction, et même s’ils restent encore aujourd’hui le modèle de structuration dominant en bibliothèque (ex. UNIMARC ou MARC 21 au plan national et international ; INTERMARC pour la BnF), ces formats s’avèrent aujourd’hui trop rigides pour permettre la description de ressources électroniques de plus en plus hétérogènes. D’où la multiplication des schémas XML (Dublin Core, Mods, EAD, METS, etc.) qui s’imposent peu à peu comme les standards d’échange et d’interopérabilité entre les producteurs de données à l’intérieur d’un environnement web. Ainsi à la BnF, coexistent un catalogue en INTERMARC (le « catalogue général ») et un catalogue en EAD (« BnF Archives et Manuscrits »). L’EAD, qui permet un degré supérieur d’arborescence, a été privilégié pour traduire la profondeur de structuration des fonds d’archives sonores.

Enfin, des projets plus récents rompent avec ces logiques d’arborescence au profit des modèles de graphes relationnels -FRBR et RDA – qui relieront les données du web 3.0. Dans ce paysage, en effet, seuls ces derniers, respectivement réservés à la modélisation et l’encodage des catalogues, préfigurent la rupture vers le web sémantique.

Aux précédents modèles de structuration des données basés sur une superposition de niveaux d’information englobés dans une notice, se substitue un modèle « entités-relations » où les informations sont représentées par des entités reliées entre elles : la notion de « relation » jouant un rôle central.

L’objectif ici recherché est l’éclatement de la notice bibliographique. Par l’individualisation de chaque niveau d’information contenue dans la notice (ou la page web), il sera possible de représenter l’information comme un réseau de données indexables, exploitables par les moteurs de recherche.

 

Continuer la lecture de Pascal Cordereix (BnF) :  » Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Références

  1. Latour, Bruno, « Plus elles se répandent, plus les bibliothèques deviennent centrales », BBF, 2011, n° 1, p. 34-36, Consulté le 07 mars 2012 []