Jeudi 15 mai 2014 – Guillaume Boutard (Université de Montréal, Faculté de Musique) « Préservation des musiques mixtes : la place méthodologique du document sonore et des traces de l’activité »

La musique mixte combine musique instrumentale et un dispositif électroacoustique. Ce contexte technologique qui est souvent spécifique à une seule œuvre pose des problèmes de pérennité pour le répertoire. Dans un contexte où le but est de permettre de nouvelles performances des œuvres, que devient la place du document sonore, et de façon générale la place des traces de l’activité dans la problématique de la pérennisation ?

Dans cette présentation nous détaillerons notre approche où l’enregistrement de référence devient un des acteurs d’un processus méthodologique qui vise à articuler documentation, préservation et diffusion des œuvres. Cette approche privilégiant les méthodes mixtes (qualitatives et quantitatives) s’interroge notamment, en parallèle aux normes de préservation numérique, sur la confrontation avec les traces de l’activité des acteurs de la production (compositeurs, interprètes, ingénieurs son, réalisateurs en informatique musicale). Elle interroge de manière interdisciplinaire le timbre, le geste comme source du dialogue expert et les processus créatifs comme support de l’intelligibilité des œuvres.

Cette séance sera exceptionnellement accueillie à la BnF, salle 70, Hall Est, quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Interaction avec les traces de l'activité. Le percussionniste Fabrice Marandola de l’ensemble SIXTRUM commente l'évolution du placement des instrumentistes par rapport au système de diffusion

Interaction avec les traces de l’activité. Le percussionniste Fabrice Marandola de l’ensemble SIXTRUM commente l’évolution du placement des instrumentistes par rapport au système de diffusion (DR)

 

Le travail de Guillaume Boutard se situe autour de la préservation et de la conservation des objets numériques dans le cadre des productions artistiques contemporaines. Il travaille actuellement sur l’apport d’instruments issus de la psychologie, de la linguistique et de l’ergonomie à cette problématique et l’impact que ceux-ci peuvent avoir sur les modèles et les normes de préservation

Didier Demolin « Langage et musique dans les documents sonores anciens »

Didier Demolin est professeur de linguistique à l’Université Stendhal de Grenoble et membre du GIPSA-lab (UMR 5216).

Support de présentation PDF Demolin

podcast :

Interview de Didier Demolin par Gabriel Bergounioux : partie 1, partie 2, partie 3, partie 4

Résumé de l’intervention :

Inventaire des enregistrements sur rouleaux effectués au cours de la mission ethnographique de l'Uele D.R.
Inventaire des enregistrements sur rouleaux effectués au cours de la mission ethnographique de l’Uele. (D.R.)

Des documents sonores, enregistrés sur des rouleaux de cire Edison il y a un siècle, lors d’une mission ethnographique dans le nord du Congo, permettent de comprendre l’évolution des langues et les changements dans la musique de cette région, au cours des 100 dernières années. Ces documents, loin d’être de simples archives sonores, montrent des similitudes et des différences, parfois étonnantes, dans les domaines musicaux et linguistiques. C’est ainsi que des questions liées à l’identification de langues et à la localisation de parlers disparus ont pu être résolues ou prouvées.

D.R. Didier Demolin
D.R. Didier Demolin

Les mêmes observations peuvent être faites avec les langues parlées par les Boschimans d’Afrique du sud. Beaucoup de ces langues sont à présent éteintes. Aujourd’hui les sons de certaines de ces langues à click ont disparu pour toujours de notre paysage linguistique. Les enregistrements faits au début du XXe siècle permettent d’entendre les derniers survivants de certaines de ces langues. Ces archives donnent  une excellente vue de ces langues, autrefois parlées dans toute la partie méridionale du continent africain. Ils sont une part unique et négligée du patrimoine linguistique de l’Afrique du sud et de  l’humanité.

La dernière partie de l’exposé est consacrée à l’importance de documents sonores fiables dans le cadre de la numérisation d’atlas de dialectologie.