Jeudi 10 mai 2012 – Lou Burnard (MEET, TGE Adonis) « Encoder l’oral en TEI : démarches, avantages, défis… »

 Le constat est récurrent : à la variété des formats utilisés se superpose l’incohérence des pratiques conventionnelles de transcription des données orales. En dépit de plus de vingt années de pratiques convergentes, les communautés intéressées préfèrent travailler avec leurs propres outils et conventions « maison ». Pourtant, l’intérêt de se servir d’un format commun, voire pivot, est un sujet qui a été abordé dans la littérature académique à de multiples reprises : Edwards & Lampert (1993), MacWhinney (2007), Schmidt (2011). Ne serait-il pas finalement temps d’établir un format d’échange normalisé pour les données orales? Cette communication mettra en évidence les propositions actuelles de la TEI pour l’encodage de l’oral, en espérant provoquer un débat sur ce qui reste à définir pour favoriser son utilisation plus répandue dans ce domaine.

Cette séance sera exceptionnellement accueillie au petit auditorium de la BnF, Hall Est, quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de Lou Burnard “Encoder l’oral en TEI : démarches, avantages, défis …”

Jeudi 5 avril 2012 – John Coleman (British National Corpus, Oxford University) « Mining a Year of Speech »

Le projet « Mining a year of Speech » (exploiter un an de discours), porté par une équipe du British National Corpus, a permis de créer une technologie de pointe appliquée à l’analyse du langage parlé. Le matériel traité recouvre un corpus audio d’un an de discours en langues anglaises (Royaume-Uni et Etats-Unis), dont le contenu est particulièrement varié : des conversations quotidiennes, des allocutions politiques, des fragments d’histoire orale, etc. L’immense base de données possède un système de reconnaissance vocale autorisant un alignement parfait entre l’enregistrement sonore et sa transcription phonétique. Cette technologie permet de naviguer dans des corpus audio d’une grande ampleur et de retrouver des segments ciblés de discours extraits de divers contextes. Elle ouvre ainsi de nouvelles perspectives de consultation au public et aux chercheurs désireux d’explorer, sous l’angle de leurs disciplines et centres d’intérêts, les multiples dimensions du langage parlé.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de John Coleman “Mining a year of speech”

Jeudi 8 mars 2012 – Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence) « De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ? »

Le numérique et l’internet ont bouleversé en profondeur les questions de l’accès et du traitement des données mais, plus encore, entraînent de nouveaux usages et comportements face à la recherche d’information et à son utilisation. Les chercheurs sont attentifs à la façon dont ils vont pouvoir accéder aux grands réservoirs de données, et à leurs propres recherches, tandis que la demande sociale et culturelle pour y accéder va sans cesse en s’amplifiant. Dès lors, ce type d’archive jusqu’ici resté confidentiel, s’est trouvé projeté sous les feux de la rampe du web de données. Les gestionnaires de fonds d’archives sonores ont dû en conséquence modifier leurs pratiques et développer des méthodologies d’accompagnement de dépôt des enquêtes enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Comment, et dans quel contexte, les centres de recherches sont-ils aujourd’hui amenés à donner accès à cette mémoire orale enregistrée ? Quel intérêt ont aujourd’hui les chercheurs en SHS à permettre l’écoute de leurs sources ? Quel encadrement juridique et éthique peut accompagner cette mise à disposition ?

L’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme peut apporter des réponses à ces questions qui ouvrent un débat large et collectif auquel cette intervention voudrait prendre part.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de Véronique Ginouvès « De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ? »