Jeudi 26 juin 2014 – Denis Laborde (CNRS / EHESS) « Prélever les musiques du monde : performativités de la transcription solfégique et de l’enregistrement sonore »

Dans son Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil (1578), Jean de Léry transcrit un chant des Tupinambas qui est un chant bitonique. Il écrit en clé d’ut première, avec un si bémol à la clé et transcrit sur les deux notes, fa et sol (éd. 1611). Pour éviter tout anachronisme, on ne dira pas fa majeur. Si « l’histoire commence avec le geste de mettre à part » (Michel de Certeau), quel est donc ce geste qui « met à part » un chant tupinamba ? Parmi bien des entrées possibles sur cette thématique, j’envisage ici la question de la légitimation.

La légitimation joue à deux niveaux.

Premier niveau: Léry légitime cet énoncé oral en en faisant « de la musique » par la transcription ou, si l’on préfère, en la portant à une dignité de musique au regard de ses contemporains. En transcrivant ces deux notes avec cette armure qui nous encombre, il montre à ses contemporains qu’en la terre de Brésil, les indiens Tupinambas font « de la musique » au même titre que « nous » en faisons en Europe. En ce sens, il raisonne avec la Musique exactement comme le fait Montaigne avec le Cannibalisme: une distanciation critique qui passe par un effort d’empathie.

Second niveau: En transcrivant des mélodies de cette manière, il montre que les Tupinambas font une musique simpliste. Comment comparer cette mélodie telle que transcrite ici avec la musique de Thoinaut Arbeau, Victoria, Tallis, Guerrero, Gervaise ou Bird ? Donc, en même temps qu’il nous montre que les Tupinambas font de la musique, il montre qu’ils font une musique qui, comparée à « la nôtre », est d’une extrême simplicité (pour ne pas dire: primitive). L’épreuve de qualification est inséparable de la performativité du geste.

L’écriture est une instance de légitimation des musiques de l’ailleurs en même temps qu’un instrument de classification de ces musiques : l’outil où se lit une ontologie des musiques du monde.

Je propose de nous interroger « sur la portée de cette parole instituée en lieu de l’autre, et destinée à être entendue autrement qu’elle ne parle » (Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, p. 216). Ce décalage entre la production de la parole et la transposition ailleurs de son écoute est le lieu de l’ontologie. Le fait d’inscrire cette prière sur une portée à cinq lignes sous la forme d’une mélodie transforme cette prière en « de la musique ». En même temps, cette transcription étend le champ de la musique: la musique devient la chose au monde la mieux partagée…  On fera ici référence au témoignage magnifique de Jaume Ayats chez les Pumés du Venezuela (in D. Laborde (éd.) Tout un monde de musiques, Paris, L’Harmattan).

Cette séance sera exceptionnellement accueillie à la BnF, Tour 3 – Niveau 4 – Salle de réunion, quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Denis Laborde est ethnomusicologue.

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Denis Laborde s’engage dans une carrière de musicien professionnel, enseigne au CNR de Cergy-Pontoise et enregistre la création mondiale de Crystal Psalms du compositeur Alvin Curran pour New Albion Records. Il découvre alors l’anthropologie de la musique et obtient à l’EHESS un doctorat d’anthropologie sociale sur les improvisations poético-musicales du bertsulari basque. Rédacteur en chef de la revue Ethnologie française, il entre au CNRS en 1997. Détaché auprès de la Mission Historique Française en Allemagne de Göttingen, puis au Centre Marc Bloch de Berlin, il structure un réseau international de recherche sur les festivals de Musiques du Monde et œuvre au dialogue entre les disciplines qui ont en commun d’avoir la musique pour objet.

Directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS, il anime le séminaire de recherche « Création musicale, World Music et diversité culturelle » et, avec Michael Werner, Karine Le Bail, Claire Guiu et Laura Jouve-Villard, le séminaire « Musique, espace, architecture ». Il dirige la collection Anthropologie du Monde Occidental aux éditions L’Harmattan et dans le cadre des activités du Centre Georg Simmel (son laboratoire de rattachement à l’EHESS), il encadre les travaux d’une vingtaine de doctorants travaillant sur les musiques du monde.

Site : http://www.irmm.org/

Jeudi 15 mai 2014 – Guillaume Boutard (Université de Montréal, Faculté de Musique) « Préservation des musiques mixtes : la place méthodologique du document sonore et des traces de l’activité »

La musique mixte combine musique instrumentale et un dispositif électroacoustique. Ce contexte technologique qui est souvent spécifique à une seule œuvre pose des problèmes de pérennité pour le répertoire. Dans un contexte où le but est de permettre de nouvelles performances des œuvres, que devient la place du document sonore, et de façon générale la place des traces de l’activité dans la problématique de la pérennisation ?

Dans cette présentation nous détaillerons notre approche où l’enregistrement de référence devient un des acteurs d’un processus méthodologique qui vise à articuler documentation, préservation et diffusion des œuvres. Cette approche privilégiant les méthodes mixtes (qualitatives et quantitatives) s’interroge notamment, en parallèle aux normes de préservation numérique, sur la confrontation avec les traces de l’activité des acteurs de la production (compositeurs, interprètes, ingénieurs son, réalisateurs en informatique musicale). Elle interroge de manière interdisciplinaire le timbre, le geste comme source du dialogue expert et les processus créatifs comme support de l’intelligibilité des œuvres.

Cette séance sera exceptionnellement accueillie à la BnF, salle 70, Hall Est, quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Interaction avec les traces de l'activité. Le percussionniste Fabrice Marandola de l’ensemble SIXTRUM commente l'évolution du placement des instrumentistes par rapport au système de diffusion

Interaction avec les traces de l’activité. Le percussionniste Fabrice Marandola de l’ensemble SIXTRUM commente l’évolution du placement des instrumentistes par rapport au système de diffusion (DR)

 

Le travail de Guillaume Boutard se situe autour de la préservation et de la conservation des objets numériques dans le cadre des productions artistiques contemporaines. Il travaille actuellement sur l’apport d’instruments issus de la psychologie, de la linguistique et de l’ergonomie à cette problématique et l’impact que ceux-ci peuvent avoir sur les modèles et les normes de préservation

Jeudi 28 novembre 2013 – Didier Demolin (Gipsa-lab, Université de Grenoble) « Langage et musique dans les documents sonores anciens »

Des documents sonores, enregistrés sur des rouleaux de cire Edison il y a un siècle, lors d’une mission ethnographique dans le nord du Congo, permettent de comprendre l’évolution des langues et les changements dans la musique de cette région, au cours des 100 dernières années. Ces documents, loin d’être de simples archives sonores, montrent des similitudes et des différences, parfois étonnantes, dans les domaines musicaux et linguistiques. C’est ainsi que des questions liées à l’identification de langues et à la localisation de parlers disparus ont pu être résolues ou prouvées.

Les mêmes observations peuvent être faites avec les langues parlées par les Boschimans d’Afrique du sud. Beaucoup de ces langues sont à présent éteintes. Aujourd’hui les sons de certaines de ces langues à click ont disparu pour toujours de notre paysage linguistique. Les enregistrements faits au début du XXe siècle permettent d’entendre les derniers survivants de certaines de ces langues. Ces archives donnent  une excellente vue de ces langues, autrefois parlées dans toute la partie méridionale du continent africain. Ils sont une part unique et négligée du patrimoine linguistique de l’Afrique du sud et de  l’humanité.

La dernière partie de l’exposé sera consacrée à l’importance de documents sonores fiables dans le cadre de la numérisation d’atlas de dialectologie.

Cette séance aura lieu de 14 heures à 16 heures, à l’UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’université d’Orléans, 10 rue de Tours (Station de Tram : Université l’indien »), en salle 042.

Jeudi 21 juin 2013 – Nathalie Mallet-Poujol (ERCIM-Montpellier 1) « La diffusion de témoignages oraux au risque des poursuites pour apologie ou provocation »

La collecte de témoignages oraux s’apparente parfois à de la fabrique de contenus répréhensibles, susceptibles d’engager la responsabilité de ceux qui les exploiteraient et les diffuseraient. En effet, les propos des témoins, ainsi collectés puis diffusés, peuvent s’avérer préjudiciables à autrui, soit sur le fondement de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, soit sur le fondement du droit commun, civil ou pénal. L’analyse est compliquée par le fait que l’on est en présence de trois protagonistes susceptibles d’être poursuivis. Est évidemment sur la sellette le témoin ou personne qui fait acte de mémoire. Suit le chercheur, personne qui  recueille  puis exploite intellectuellement le témoignage. Vient enfin la personne du directeur de la publication de presse ou de l’éditeur, qui publie le fruit de ces témoignages sur des supports papiers traditionnels, audiovisuels ou électroniques. La présente conférence évoquera la façon dont la justice appréhende leurs responsabilités respectives, dans des hypothèses où les propos relèvent de l’apologie ou de la provocation à des crimes ou délits.

Cette séance sera exceptionnellement accueillie à la BnF, salle 70, Hall Est (entrée par le entrée par le Hall Ouest en raison des travaux), quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Jeudi 28 mars 2013 – Audrey Viault (BnF) « Les fonds sonores inédits du Département de l’Audiovisuel de la BnF : pratique, description et valorisation en EAD dans le catalogue BnF-Archives et manuscrits »

Depuis 2011 les fonds sonores historiques et inédits du département sont présentés et catalogués dans le catalogue BnF-Archives et manuscrits (BAM), catalogue utilisant comme format de description l’EAD (Encoded Archive Description), rejoignant ainsi les autres départements spécialisés de la BnF.

Dans ce catalogue sont décrits le fonds historique des Archives de la Parole, du musée de la Parole et du Geste et de la Phonothèque nationale mais aussi des ensembles déposés par des institutions et des chercheurs (collections, collectes et enquêtes concernant aussi bien l’ethnomusicologie que la linguistique et la sociologie).
Ces fonds proposent ainsi des contenus de natures très variées, tant sur la forme (enregistrements sonores, mais aussi archives papiers, photographies, analyses documentaires, vidéos…) que sur le fond (« folklores » français et étrangers, enregistrements de terrain et de studio, interviews, …)

Dans un premier temps, une brève présentation de ce format de description archivistique permettra donc d’aborder comment ces fonds peuvent être ainsi encodés de façon normalisée, structurée et hiérarchisée, ce traitement documentaire permettant de les rendre exploitables et exportables, et ce de façon pérenne.
Il sera ensuite présenté comment ce choix de description permet d’aborder de façon claire et exhaustive l’histoire de leur constitution (spécifiquement pour les fonds historiques), mais aussi leur valorisation par la contextualisation, l’indexation et l’enrichissement précis de leurs contenus, et ce en collaboration avec les déposants (particuliers ou institutions).

Cette séance sera exceptionnellement accueillie à la BnF, salle 70, Hall Est, quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Jeudi 21 février 2013 – Sylvain Kahane (Modyco) « Un treebank multicouche : annotation macrosyntaxique, microsyntaxique et prosodique du français parlé »

Nous présenterons les différentes couches d’annotation du treebank Rhapsodie, un corpus de français parlé richement annoté. Le corpus contient plusieurs niveaux de segmentation indépendants : en unités illocutoires pour la macrosyntaxe, en unités rectionnelles pour la microsyntaxe, en périodes, paquets intonatifs et groupes accentuels pour la prosodie. Les unités rectionnelles sont analysées en dépendance, avec un traitement fin des phénomènes d’entassements (coordination, reformulation, négociation). Nous regarderons tout particulièrement les cas de non-concordance entre les différents niveaux de segmentation.

Jeudi 24 janvier 2013 – Carole Etienne (ICAR) « Clapi : les évolutions d’une banque de données orales outillée »

Les études des interactions sociales développées au laboratoire ICAR portent sur des situations quotidiennes d’échange dans différents contextes (milieu professionnel, milieu médical, institutions, commerces, situations de classe, cadre privé, …). Il s’agit de données écologiques collectées dans leur naturalité, enregistrées ou filmées dans le lieu où elles se produisent et non provoquées par le chercheur en vue de sa recherche. Ces enregistrements oclapi_1nt été organisés et enrichis pour devenir des corpus multimodaux accessibles en ligne dans la plateforme CLAPI (Corpus de LAngue Parlée en Interaction, http://clapi.univ-lyon2.fr) où un ensemble d’outils de requêtes basés sur leurs transcriptions permet d’étudier leur contenu, de dégager des récurrences et d’aider le chercheur à identifier les objets d’analyse.

La nouvelle version de CLAPI, mise en ligne en Novembre 2012, propose une nouvelle interface plus ergonomique pour explorer ces données complexes (plus de 70 descripteurs) et leurs outils de requêtes (jusqu’à 30 critères). Au-delà de l’ergonomie, l’enjeu de cette évolution est d’intégrer les nouvelles données multimodales et les contraintes juridiques auxquelles ces données audiovisuelles sont soumises tout en répondant aux besoins des nouveaux projets.clapi-2

La mise à disposition et la diffusion d’une telle plateforme pose le problème crucial de son enrichissement et de la gestion de ses évolutions qu’il s’agisse d’intégrer des corpus recueillis avec de nouvelles exigences techniques ou de développer de nouveaux outils de requêtes utilisés dans différents projets de recherche par différentes communautés scientifiques.

Jeudi 10 mai 2012 – Lou Burnard (MEET, TGE Adonis) « Encoder l’oral en TEI : démarches, avantages, défis… »

 Le constat est récurrent : à la variété des formats utilisés se superpose l’incohérence des pratiques conventionnelles de transcription des données orales. En dépit de plus de vingt années de pratiques convergentes, les communautés intéressées préfèrent travailler avec leurs propres outils et conventions « maison ». Pourtant, l’intérêt de se servir d’un format commun, voire pivot, est un sujet qui a été abordé dans la littérature académique à de multiples reprises : Edwards & Lampert (1993), MacWhinney (2007), Schmidt (2011). Ne serait-il pas finalement temps d’établir un format d’échange normalisé pour les données orales? Cette communication mettra en évidence les propositions actuelles de la TEI pour l’encodage de l’oral, en espérant provoquer un débat sur ce qui reste à définir pour favoriser son utilisation plus répandue dans ce domaine.

Cette séance sera exceptionnellement accueillie au petit auditorium de la BnF, Hall Est, quai François Mauriac – Paris, 13e arrondissement.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de Lou Burnard “Encoder l’oral en TEI : démarches, avantages, défis …”

Jeudi 5 avril 2012 – John Coleman (British National Corpus, Oxford University) « Mining a Year of Speech »

Le projet « Mining a year of Speech » (exploiter un an de discours), porté par une équipe du British National Corpus, a permis de créer une technologie de pointe appliquée à l’analyse du langage parlé. Le matériel traité recouvre un corpus audio d’un an de discours en langues anglaises (Royaume-Uni et Etats-Unis), dont le contenu est particulièrement varié : des conversations quotidiennes, des allocutions politiques, des fragments d’histoire orale, etc. L’immense base de données possède un système de reconnaissance vocale autorisant un alignement parfait entre l’enregistrement sonore et sa transcription phonétique. Cette technologie permet de naviguer dans des corpus audio d’une grande ampleur et de retrouver des segments ciblés de discours extraits de divers contextes. Elle ouvre ainsi de nouvelles perspectives de consultation au public et aux chercheurs désireux d’explorer, sous l’angle de leurs disciplines et centres d’intérêts, les multiples dimensions du langage parlé.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de John Coleman “Mining a year of speech”

Jeudi 8 mars 2012 – Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence) « De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ? »

Le numérique et l’internet ont bouleversé en profondeur les questions de l’accès et du traitement des données mais, plus encore, entraînent de nouveaux usages et comportements face à la recherche d’information et à son utilisation. Les chercheurs sont attentifs à la façon dont ils vont pouvoir accéder aux grands réservoirs de données, et à leurs propres recherches, tandis que la demande sociale et culturelle pour y accéder va sans cesse en s’amplifiant. Dès lors, ce type d’archive jusqu’ici resté confidentiel, s’est trouvé projeté sous les feux de la rampe du web de données. Les gestionnaires de fonds d’archives sonores ont dû en conséquence modifier leurs pratiques et développer des méthodologies d’accompagnement de dépôt des enquêtes enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Comment, et dans quel contexte, les centres de recherches sont-ils aujourd’hui amenés à donner accès à cette mémoire orale enregistrée ? Quel intérêt ont aujourd’hui les chercheurs en SHS à permettre l’écoute de leurs sources ? Quel encadrement juridique et éthique peut accompagner cette mise à disposition ?

L’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme peut apporter des réponses à ces questions qui ouvrent un débat large et collectif auquel cette intervention voudrait prendre part.

Accéder au compte-rendu de l’intervention de Véronique Ginouvès « De l’enquête de terrain à l’archive orale : pourquoi et comment donner accès aux sources orales de la recherche ? »

Jeudi 12 janvier 2012 – Joséphine Simonnot (CREM) « Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche »

Le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM) développe depuis 2007 un outil innovant qui répond aux besoins spécifiques des chercheurs en matière d’accès, de gestion, de diffusion et de conservation des archives sonores. Telemeta est une application Web multimédia qui permet, entre autres, d’associer simultanément des méta-données aux sons et d’être interopérable avec d’autres systèmes. Elle met à disposition des chercheurs une palette d’outils qui facilitent la navigation dans des fichiers audiovisuels, la recherche textuelle et multi-critères, l’export et le partage en ligne des données, l’analyse acoustique, la géolocalisation et l’annotation de sources sonores. Elle constitue à ce titre un véritable instrument de travail collaboratif en vue d’optimiser la consultation, le traitement et l’enrichissement de la documentation sonore.

Accéder au compte-rendu de la séance de Joséphine Simonnot : « Présentation de TELEMETA, un outil de traitement des archives sonores de la recherche »

Jeudi 8 décembre 2011 – Pascal Cordereix (BnF) « Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

En matière de catalogage, le monde des bibliothèques et des archives vit une mutation comme il n’en a jamais connu auparavant. MARC, FRBR, RDA, EAD…, autant d’acronymes déjà anciens pour certains ou apparus plus récemment pour d’autres qui témoignent de ce moment clé du traitement documentaire. Interopérabilité, exposition des données sur le web sémantique et le web de données, etc…, les enjeux sont considérables. Pour autant, il apparaît difficile aujourd’hui de déterminer vers quoi s’orientent réellement les pratiques de catalogage. La question de l’adoption – ou pas – de RDA (Resource Description and Access) en France, est la représentative de ces interrogations. L’exposé veut donner une vue synthétique (et forcément rapide) des pratiques actuelles de catalogage et de leurs évolutions possibles.

Accéder au compte-rendu de la séance de Pascal Cordereix : « Quel avenir pour les catalogues de bibliothèques ? »

Jeudi 10 novembre 2011 – Michel Jacobson (Archives de France) « L’archivage des données numériques : retours d’expérience sur des données orales »

La préservation d’informations numériques sur le long terme demande des précautions particulières. La mise en place d’une organisation ayant cet objectif amène à réfléchir sur l’information à conserver ainsi que sur l’information de manière générale. Sur la base de ce qui a été fait dans le cadre d’une première expérience sur des données orales, nous essayerons de mesurer ce qu’il reste à faire et donnerons quelques pistes à explorer.

Accéder au compte-rendu de la séance de Michel Jacobson : « L’archivage des données numériques : retours d’expérience sur des données orales »