Didier Demolin « Langage et musique dans les documents sonores anciens »

Didier Demolin est professeur de linguistique à l’Université Stendhal de Grenoble et membre du GIPSA-lab (UMR 5216).

Support de présentation PDF Demolin

podcast :

Interview de Didier Demolin par Gabriel Bergounioux : partie 1, partie 2, partie 3, partie 4

Résumé de l’intervention :

Inventaire des enregistrements sur rouleaux effectués au cours de la mission ethnographique de l'Uele D.R.
Inventaire des enregistrements sur rouleaux effectués au cours de la mission ethnographique de l’Uele. (D.R.)

Des documents sonores, enregistrés sur des rouleaux de cire Edison il y a un siècle, lors d’une mission ethnographique dans le nord du Congo, permettent de comprendre l’évolution des langues et les changements dans la musique de cette région, au cours des 100 dernières années. Ces documents, loin d’être de simples archives sonores, montrent des similitudes et des différences, parfois étonnantes, dans les domaines musicaux et linguistiques. C’est ainsi que des questions liées à l’identification de langues et à la localisation de parlers disparus ont pu être résolues ou prouvées.

D.R. Didier Demolin
D.R. Didier Demolin

Les mêmes observations peuvent être faites avec les langues parlées par les Boschimans d’Afrique du sud. Beaucoup de ces langues sont à présent éteintes. Aujourd’hui les sons de certaines de ces langues à click ont disparu pour toujours de notre paysage linguistique. Les enregistrements faits au début du XXe siècle permettent d’entendre les derniers survivants de certaines de ces langues. Ces archives donnent  une excellente vue de ces langues, autrefois parlées dans toute la partie méridionale du continent africain. Ils sont une part unique et négligée du patrimoine linguistique de l’Afrique du sud et de  l’humanité.

La dernière partie de l’exposé est consacrée à l’importance de documents sonores fiables dans le cadre de la numérisation d’atlas de dialectologie.

Audrey Viault « Les fonds sonores inédits du Département de l’Audiovisuel de la BnF : pratique, description et valorisation en EAD dans le catalogue BnF-Archives et manuscrits »

Audrey Viault est chargée d’études documentaires (Fonds sonores inédits) au Département de l’Audiovisuel, service des Documents Sonores de la Bibliothèque nationale de France.

Support de présentation PDF Viault

podcast :

Résumé de l’intervention :

Depuis 2011 les fonds sonores historiques et inédits du département sont présentés et catalogués dans le catalogue BnF-Archives et manuscrits (BAM), catalogue utilisant comme format de description l’EAD (Encoded Archive Description), rejoignant ainsi les autres départements spécialisés de la BnF.

Dans ce catalogue sont décrits le fonds historique des Archives de la Parole, du musée de la Parole et du Geste et de la Phonothèque nationale mais aussi des ensembles déposés par des institutions et des chercheurs (collections, collectes et enquêtes concernant aussi bien l’ethnomusicologie que la linguistique et la sociologie).
Ces fonds proposent ainsi des contenus de natures très variées, tant sur la forme (enregistrements sonores, mais aussi archives papiers, photographies, analyses documentaires, vidéos…) que sur le fond (« folklores » français et étrangers, enregistrements de terrain et de studio, interviews, …).

Dans un premier temps, une brève présentation de ce format de description archivistique permettra donc d’aborder comment ces fonds peuvent être ainsi encodés de façon normalisée, structurée et hiérarchisée, ce traitement documentaire permettant de les rendre exploitables et exportables, et ce de façon pérenne.

Il sera ensuite présenté comment ce choix de description permet d’aborder de façon claire et exhaustive l’histoire de leur constitution (spécifiquement pour les fonds historiques), mais aussi leur valorisation par la contextualisation, l’indexation et l’enrichissement précis de leurs contenus, et ce en collaboration avec les déposants (particuliers ou institutions).

Carole Etienne : “Clapi : les évolutions d’une banque de données orales outillée”

Carole Etienne est ingénieur de recherche au laboratoire ICAR (UMR 5191 – CNRS / Université Lyon 2 / ENS Lyon / IFÉ)

Support de présentation de Carole Etienne : PDF

Podcast :

Interview de Carole Etienne par Gabriel Bergounioux : partie 1, partie 2

Résumé de l’intervention :

Les études des interactions sociales développées au laboratoire ICAR portent sur des situations quotidiennes d’échange dans différents contextes (milieu professionnel, milieu médical, institutions, commerces, situations de classe, cadre privé, …). Il s’agit de données écologiques collectées dans leur naturalité, enregistrées ou filmées dans le lieu où elles se produisent et non provoquées par le chercheur en vue de sa recherche. Ces enregistrements ont été organisés et enrichiclapi_1s pour devenir des corpus multimodaux accessibles en ligne dans la plateforme CLAPI (Corpus de LAngue Parlée en Interaction, http://clapi.univ-lyon2.fr) où un ensemble d’outils de requêtes basés sur leurs transcriptions permet d’étudier leur contenu, de dégager des récurrences et d’aider le chercheur à identifier les objets d’analyse.

La nouvelle version de CLAPI, mise en ligne en Novembre 2012, propose une nouvelle interface plus ergonomique pour explorer ces données complexes (plus de 70 descripteurs) et leurs outils de requêtes (jusqu’à 30 critères). Au-delà de l’ergonomie, l’enjeu de cette évolution est d’intégrer les nouvelles données multimodales et les contraintes juridiques auxquelles ces données audiovisuelles sont soumises tout en répondant aux besoins des nouveaux projets. clapi-2

La mise à disposition et la diffusion d’une telle plateforme pose le problème crucial de son enrichissement et de la gestion de ses évolutions qu’il s’agisse d’intégrer des corpus recueillis avec de nouvelles exigences techniques ou de développer de nouveaux outils de requêtes utilisés dans différents projets de recherche par différentes communautés scientifiques.

Crédits : images tirées du support de présentation de Carole Etienne

Approfondir :

Explorer la plateforme CLAPI : http://clapi.univ-lyon2.fr

En savoir plus sur les corpus de langue parlée en interaction : site CORINTE

Michel Jacobson : « L’archivage des données numériques : retours d’expérience sur des données orales »

Séance du Jeudi 10 novembre 2011

Michel Jacobson est chef de projet sur l’archivage électronique au Service Interministériel des Archives de France (SIAF)

Support de présentation de Michel Jacobson : PDF

Entretien avec Michel Jacobson par Gabriel Bergounioux : partie 1, partie 2, partie 3

Compte-rendu par Abigaël Pesses :

Le 10 novembre dernier, les équipes du TGE Adonis et du LLL (laboratoire Ligérien de Linguistique) de l’université d’Orléans ont eu le plaisir de recevoir Michel Jacobson à Orléans pour inaugurer la première séance du séminaire portant sur l’objet numérique sonore.  Michel Jacobson a ainsi pu nous faire partager le fruit de son expérience et de son parcours à travers cet objet qui, depuis le LACITO, un laboratoire de recherche du CNRS spécialisé sur l’étude des langues à tradition orale, au Centre de Ressources pour la Description de l’Oral (CRDO), l’ont conduit à devenir chef de projet au Service Interministériel des Archives de France (SIAF). Ce service rattaché au Ministère de la Culture a pour mission de définir la politique en matière d’archivage et de piloter le réseau des archives (communales, départementales, régionales,  nationales).

Michel Jacobson, partant des caractéristiques physiques du son et de leur transposition en unités informatiques binaires (bit : 0 et 1), a soulevé les différents enjeux relatifs à l’archivage de l’information numérique. Le passage de l’analogique au numérique présente en effet de nombreux avantages : copie à l’identique et à l’infini, facilité de stockage, de transmission et de traitement de l’information numérique. L’information n’en reste pas moins opaque, car codée, et suppose un dispositif particulier pour être lue, représentée, déchiffrée. Ce dispositif est composé d’une superposition complexe de strates qui interagissent entre elles : une couche matérielle – les supports (disques durs, DVD, mémoire flash),  elle -même  interprétée par une couche logicielle (système d’exploitation, pilotes, navigateurs, applications) et auxquelles se surajoute une couche de formats.

Ces formats  servent  à représenter des données numériques – sons, images ou textes – sous la forme d’un code compréhensible par des machines. L’information numérique codée dépend ainsi d’un empilement de technologies dont les évolutions constantes et rapidement obsolètes sont largement tributaires du marché. D’où la nécessité de mettre en place des procédures pour assurer la migration physique des documents afin de pouvoir les déchiffrer avec les technologies de son temps.

La nouveauté de l’archivage, souligne Michel Jacobson, c’est de conserver ces métadonnées de représentation, à savoir les formats, mais également leurs supports de lecture et la documentation qui spécifient les différentes méthodes d’encodage du contenu. Dans ce nouveau paradigme, il faut cependant ne pas perdre de vue que ce que l’on cherche à conserver, ce n’est pas tant la donnée numérique dans son format ou son support originel que son contenu informationnel. Et pour demeurer intelligible, une information numérique doit pouvoir être décodée.

Michel Jacobson est l’un des contributeurs au  guide des bonnes pratiques numériques disponible sur le site du TGE et dont l’objectif est d’aider les producteurs de données numériques à faire les bons choix dans l’usage des logiciels, des formats et des modes d’encodage des données.

Crédits : images tirées du support de présentation de Michel Jacobson

Approfondir :

Exemples de gestion de corpus oraux dans le réseau des Archives départementales :

Banque de l’Information Radiophonique des Deux Sèvres

Sauvegarde de la parole sarthoise

Collecte des témoignages oraux sur la Seconde Guerre Mondiale (Val de Marne)